jeudi 26 février 2009

Beaucoup commencent à s'arrêter et à nous regarder évoluer sur l'échafaudage.
Le mystère du mur rouge diminue peu à peu pour les gens du quartier avec les premières poses de couleurs, le ciel révèle et redessine le paysage urbain pendant que les ombres et lumières architecturent peu a peu l'ensemble du tableau.







le ciel a l air encore d'un grand aplat et
j'ai plus de bleu, il faut que je recommande des pots.....

2 commentaires:

Jean-Luc a dit…

Ne prends surtout pas un morceau de vrai ciel pour combler ton manque de bleu!

rome a dit…

tu sais, c'est pas complètement faux ce que tu dis car aux environs de midi, la couleur de mon ciel sur le mur se confond avec le gigantesque ciel, au point où l'on n arrive même plus à distinguer le haut de l'immeuble.
je touche le ciel....